Pédagogie : l’écriture collaborative

Le principe de « l’écriture collaborative » est simple : partager un document sur internet et permettre sa modification simultanée par plusieurs utilisateurs. Il se construit ainsi à plusieurs mains.

L’intérêt de cet type de dispositif n’est plus à démontrer en lettres, où tout exercice d’expression écrite peut être un temps d’initiation à l’écriture collaborative. Il est aussi réel en histoire-géographie où le procédé va permettre de construire le cours ou un récit à plusieurs. L’ensemble des temps du programme où l’enseignant travai sur la compétence raconter peut être un moment d’expression écrite donc d’écriture collaborative. De même, ce type de dispositif peut être mis en place au moment de la correction d’un contrôle ou d’un brevet blanc. La classe est alors divisée en petits groupes qui travaillent sur le document commun pour élaborer le corrigé à l’aide du manuel et du cahier.

Au-delà de l’aspect « gadget », quelles sont les plus-values du procédé ?

L’écriture collaborative permet parfois de surmonter certains blocages. Elle présente l’écriture comme un exercice ludique et non plus solitaire. L’élève n’est pas seul avec sa copie ou son cahier mais face à un document virtuel dynamique sur lequel il travaille en collaboration avec d’autres camarades. Ils vont devoir gérer leur travail personnel, apprendre à collaborer autour de la production d’un texte, s’épauler face aux difficultés, aux « pannes d’inspiration », se corriger enfin les uns les autres.

Pour l’enseignant, il va être possible d’évaluer les productions plus finement puisqu’à l’intérieur de chaque texte, il sera possible d’identifier la production de chaque élève. Des compétences en rapport avec le travail de groupe seront bien entendu mises en œuvre, de même que des compétences en rapport avec le numérique et sa logique collaborative.

Présentation de l’outil : Etherpad

Une des solutions les plus performantes pour un travail sur l’écriture collaborative est l’application en ligne Etherpad. Elle a les avantages d’être extrêmement rapide, simple d’utilisation et totalement libre. Elle a été intégrée par défaut à l’environnement de travail Envole, et c’est d’ailleurs à partir de celui-ci que le travail s’est organisé dans l’exemple de séquence. Si vous ne disposez pas de l’ENT Envole et souhaitez faire l’économie de l’installation d’Etherpad sur un serveur, l’association Framasoft met à disposition en ligne un environnement basé sur Etherpad, Framapad. Son utilisation est en tous points identique à la solution présentée dans l’exemple de séquence, même s’il offre quelques possibilités supplémentaires.

Etherpad est un traitement de texte multiutilisateurs en ligne. Il est accessible depuis tout navigateur web « moderne » et permet à des utilisateurs de collaborer en même temps sans conflit relatif au travail en cours. Le texte partagé est le même pour tous, les modifications effectuées par les uns sont immédiatement répliquées chez les autres, chaque auteur se signalant par une couleur différente. Par défaut, le nombre de collaborateurs en simultané est limité à 16.

En complément, chaque document comporte une liste d’utilisateurs connectés, une fenêtre de messagerie instantanée pour débattre sur le texte en cours d’élaboration, des fonctionnalités de mise en forme (gras, italique, listes à puces…), un historique de modification avec possibilité de restauration ainsi qu’un module d’importation et d’exportation (formats txt, doc, odt, html le plus souvent).

Pour se connecter à un PAD, il suffit d’en connaître l’adresse, que ce soit à partir de l’ENT Envole ou de Framapad.

Interface Etherpad

Exemple de séquence

La séquence présentée ici est une séquence d’histoire qui s’intègre dans la première partie du second chapitre du programme du cinquième (chapitre  » L’Occident féodal », leçon « paysans et seigneurs »).  Il est demandé dans cette leçon de « décrire quelques aspects d’un village médiéval, du travail paysan au Moyen Âge, du mode de vie noble ». Cette étude doit être menée à partir « d’images ou de[s] récits médiévaux au choix témoignant du mode de vie des hommes et des femmes de l’aristocratie ».

L’objectif de la séance est donc de faire rédiger aux élèves un petit texte en autonomie sur « l’aristocratie au Moyen Âge ».

Une fiche de consignes a été distribuée aux élèves au cours précédent afin qu’ils puissent préparer le travail.

Fiche de consignes à destination des élèves

La séance s’est organisée en trois temps :
    • Un temps de préparation à la maison, durant lequel les élèves ont répondu dans leur cahier à une série de questions permettant de collecter les informations nécessaires (partie 1 de la fiche de consignes).
    • Un travail en classe par îlots de 4, au cours duquel les élèves ont pu confronter leurs réponses et se corriger ou compléter les informations collectées (30 minutes environ).
    • Le temps de rédaction sur le PAD, au cours duquel les élèves ont été répartis entre le CDI et la salle informatique de l’établissement (partie 2 de la fiche de consignes).

Les élèves ont travaillé à deux sur un PAD, l’adresse du PAD à créer ayant été fixée préalablement en classe. Afin d’aller au bout de la logique, lorsque c’était possible, les membres de chaque binôme ont été séparés, l’un se rendant au CDI l’autre en salle informatique. Le travail se faisait réellement à distance, et les élèves n’ont eu d’autre solution pour se consulter que d’utiliser la messagerie instantanée du PAD.

Le problème récurrent avec ce type de dispositif est que les élèves les plus faibles ont parfois tendance à se reposer sur les autres et à tomber dans l’attentisme. Dans la constitution des binômes, il m’a semblé important de ne pas mettre ensemble les élèves en difficulté, comme de ne pas les associer à un élève trop fort. Ils ont été le plus souvent mis avec un camarade de « niveau intermédiaire » avec lequel ils entretiennent de bons rapports.

Le temps de rédaction a été de 30-40 minutes environ et a été présenté dès le départ comme non extensible.

Lorsqu’on utilise pour la première fois une application d’écriture collaborative avec les élèves, il y a forcément un temps qui est au départ celui de l’amusement. Ce procédé s’inscrit en effet dans leur culture qui est celle des réseaux et de l’échange, par mail, SMS… Passé un petit quart-d’heure, les élèves dépassent ce sentiment et entrent vraiment dans l’exercice, mais ce petit temps est souvent inévitable. L’enseignant doit donc s’y préparer, tout en sachant que s’il renouvelle l’expérience, les élèves ne passeront pas à nouveau par cette phase de découverte.

Au terme du temps imparti, tous les groupes avaient produit un texte répondant à la commande. Les textes ont été exportés puis collés dans le cahier afin de constituer la partie de la leçon en rapport avec le mode de vie de l’aristocratie. Certains textes ont été lus à l’oral.

Les productions ont été notées sur 10, une valorisation étant introduite en fonction de la quantité de texte écrite par chacun. Les modalités de l’évaluation avaient été expliquées dès le départ. Cette note s’est ajoutée à une évaluation courte (30 min.) de connaissances pures sur la leçon pour constituer une note sur 20.

Les textes produits ont été de longueur variable, mais ils sont tous passés par les notions et le vocabulaire essentiels, qui ont été compris et retenus. Aucune reprise n’a été nécessaire ensuite en-dehors de la lecture de quelques productions. Tous les élèves, sans exception, se sont fortement impliqués dans le dispositif, se sont montrés volontaires et ont travaillé avec plaisir. Une des premières questions posée en bilan a d’ailleurs été « quand est-ce qu’on recommence ? », suivie de l’approbation généralisée de la classe.

Etherpad étant un environnement stable, aucun incident technique n’a été à déplorer. Il est simplement important de bien savoir qu’il n’est pas recommandé de travailler sur l’historique du PAD ou de restaurer un PAD lorsque des élèves sont connectés. Il convient aussi d’être vigilant au moment du travail en groupe et de vérifier que chaque binôme a en sa possession les informations qui lui permettront de rédiger un texte satisfaisant. Au besoin, une très rapide reprise orale peut être nécessaire, mais il est important de ne pas imposer la parole et la correction du professeur pour laisser les élèves libres dans leur rédaction et ne pas tuer la production dans l’œuf.La seule réserve que j’émettrais est liée au PAD en lui-même qui n’intègre, à tort ou à raison, aucun correcteur orthographique. Un véritable travail de relecture et de correction est nécessaire pour corriger les orthographes surprenantes et trop fantaisistes.

Exemples de production :

prod1

prod2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *